GEOGRAPHIE

Cette commune des Hautes-Alpes de 290 habitants est entièrement située dans la Parc naturel régional du Queyras.

Située à 2 042 m d'altitude, St Véran est souvent qualifiée de « plus haute commune d'Europe ». En effet les seuls villages encore plus hauts qu'il est possible de trouver (comme par exemple Juf en Suisse, Trepalle en Italie, ainsi que plusieurs stations de sport d'hiver) sont des hameaux qui dépendent d'une municipalité située à une altitude plus basse.

Le territoire de la commune a une altitude qui s'étend de 1 756 à 3 175 m.

ECONOMIE

Comme de nombreux villages alpins, St-Véran s'est peu à peu métamorphosé au cour du XXe siècle grâce au tourisme. C'est ainsi une station de sports d'hiver familiale qui peut accueillir environ 1 800 personnes.

HISTOIRE

Des mines de cuivre étaient exploitées dès l'âge du bronze (IIe millénaire av. J.-C.) sur le territoire de la commune[1].

La légende de saint Véran de Cavaillon raconte que, évêque de Cavaillon, né dans le Gévaudan au Vie siècle, il blessa un dragon qui ravageait la région de Cavaillon et le chassa en lui ordonnant d'aller mourir dans les Alpes. Ce dernier, saignant lors de sa retraite, a laissé tomber des gouttes de sang ; d'où la présence en France d'autres villages nommés Saint-Vérand, dans le Vaucluse, l'Isère et le Rhône.

Autrefois, le village avait une activité artisanale importante : vannerie, outillage, ébénisterie, charpentes... et agricole, élevage (chèvres, vaches). Il avait aussi une activité d'ardoiserie à partir des galeries creusées dans la falaise.

ADMINISTRATION

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2001 août 2006 Jean-Marc Plichon
août 2006 mars 2008 Jacqueline Turina
mars 2008 Danielle Guignard

LIEUX ET MONUMENTS

L'église actuelle, classée monument historique, est située dans le centre du village; à l'extérieur on retrouve des lions sculptés dont l'un tenant entre ses pattes un enfant. À l'intérieur de l'édifice, différentes statues en bois sculptées par les habitants du village représentent certains saints ; une crèche en bois datant des années 1950 a été réalisée par les habitants du village, chaque famille ayant réalisé une pièce. L'église est entourée du cimetière dans lequel reposent les saints vérannais de confession catholique. Les habitants de confession protestante reposent quant à eux dans un cimetière situé dans le hameau du Raux.

On trouve dans le village une vingtaine de cadrans solaires muraux qui datent de la Renaissance.

Un observatoire astronomique a été créé en 1974 et est, depuis 1990, mis à disposition des astronomes amateurs.

Le village possède une église réformée (temple protestant). La municipalité, avec l'aide des habitants du village et la fondation du patrimoine a entrepris depuis maintenant plus de 2 ans la rénovation des chapelles du village dont la superbe chapelle de Clausis située dans le fond de la vallée de la Blanche. Les chapelles sont ouvertes une fois par semaine au public durant la période estivale.

À visiter également, un musée de la vie paysanne du XIXe au XXe siècle siècle, dans une vieille fuste.